Se déconnecter pour se reconnecter!

Par Zineb Bouazzaoui
L'importance de la detox digitale DR
L'importance de la detox digitale DR

Anxiété chronique, stress, troubles de sommeil, isolement, dépression, burn out...L’hyperconnexion impacte négativement la qualité de vie de l’être humain d’où l’apogée d’un ensemble de formes de «détox digitale». Décryptage.

L’arrivée d’une notification résonne en vous comme une alarme incendie. Vous sursautez et vous avez la boule au ventre, vous n’arrivez pas à passer 10 minutes sans déverrouiller votre téléphone, vous êtes incapables de vous concentrer, vous perdez le fil d’une conversation dès que votre gadget se met à vibrer, au réveil vous êtes terrifiés à l’idée d’ouvrir votre boîte mail que vous ignorez depuis 24h, vous fixez vos écrans dans les transports en commun ou en voiture...Si vous vous reconnaissez dans l’une de ces situations, vous avez besoin d’une détox digitale en urgence!

En effet, dans une société dans l’action hyper connectée où l’on s’évertue à remplir le moindre espace de temps libre pour finir une tâche en cours, les moments de blanc propice à l’imagination, à la créativité et à l’introspection se font très rares. Il est donc important de s’autoriser à ne pas répondre à la minute aux messages, d’arrêter d’être l’esclave des temps modernes à cause d’un smartphone, afin de pouvoir profiter de l’instant présent.

Le sevrage de la connexion est indispensable

Dans ce sens, Stéphanie Senk, coach professionnelle et naturopathe, affirme à Maghreb1 que pour éviter l’hyperconnectivité, il est impératif de désactiver totalement les notifications et d’utiliser le mode avion en se détachant de tout élément perturbateur. «Pour un début, ceci peut se faire progressivement, en commençant par un sevrage de 30 minutes, puis un de 60 minutes ensuite une journée toute entière de sevrage, ce qui permettra de passer petit à petit d’un contact digital à un contact purement humain», explique-t-elle.

«Vous allez constater rapidement les bienfaits et cela va vous donner envie de continuer. Ne vous découragez pas. Prenez le temps d’observer et de vous questionner sur vos résistances. Quand vous doutez, rappelez-vous pourquoi vous avez décidé de mettre en place ces changements. Félicitez-vous pour vos réussites. Visualisez l’équilibre et le temps que vous êtes en train de retrouver», note-t-elle.

«Pour ne plus être happé digitalement d’une façon efficace dès les premiers jours, il est préconisé de définir des lieux et des moments sans smartphone, et il faut réussir à séparer sa vie privée de sa vie professionnelle, en arrêtant de répondre aux mails les week-ends. Il est également important de trouver des alternatives aux écrans surtout après ses horaires de travail comme en se faisant couler un bain chaud, en préparant un repas fait maison ou encore en lisant un bon livre, afin de ne plus être tenté par les écrans en rentrant chez soi le soir pour gagner du temps de vie», conseille Mme Senk.

Elle recommande aussi de se faire plaisir via des moments privilégiés, par exemple en évitant de prendre son téléphone à table ou dans la chambre entre 21h et 6h du matin surtout après la pandémie qui a accéléré la transformation digitale. Selon cette naturopathe, l’humain a été privé du contact physique avec l’autre et le digital lui a permis de rester connecté et de continuer à travailler à distance.

Le digital va donc poursuivre sa croissance, et dans ce contexte, la détox digitale prend tout son sens. Elle aide à redéfinir les règles à respecter pour préserver une bonne santé physique et mentale.

«D’ailleurs, il y a de plus en plus d’individus au bord du burn out suite au télétravail, car ils souffrent de la présence digitale permanente de leur supérieur hiérarchique. Je pense que ces supérieurs ont oublié combien les pauses étaient bénéfiques à l’efficacité et à la productivité. Eux-mêmes doivent souffrir de surmenages physiques et intellectuels. C’est très difficile de dire non lorsque nous avons accepté de rentrer dans ce schéma. Mais je dirai que le subordonné doit trouver la force de dire non tout en fixant progressivement de nouvelles règles. Cela passe par exemple par la mise en place de messages d’absence», indique-t-elle.

Pour sa part, Karim, cadre au sein d’une multinationale à Casablanca, relève à Maghreb1 que c’est clairement l’ère de l’immédiateté, c’est l’ère du tout de suite mais ceci fait perdre le plaisir et la patience ce qui enlève le charme de la vie.

«Les smartphones nous tiennent en alerte permanente. Nos amis, nos collègues, nos patrons ou nos clients veulent que nous soyons toujours réactifs et nous faisons de même. Des fois, nous oublions même de savourer les moments de la vie», estime-t-il, soulignant qu’à force de vouloir être partout, nous ne sommes nulle part.

«D’ailleurs quand nous mangeons quelque chose de délicieux en regardant un message désagréable nos sensations gustatives se coupent automatiquement, ce qui gâche notre plaisir», regrette-t-il, considérant que la détox digitale est indispensable pour nous donner le goût de flâner, de lire, de contempler un coucher de soleil, de jouer avec nos enfants, ou de vivre tout simplement, sans être ailleurs.

«Par exemple, le télétravail, les visioconférences à saturation, l’isolement et les échanges virtuels causent un sommeil fracturé mais malheureusement, dans le cadre professionnel, ils sont considérés comme étant une amélioration de la qualité de vie mentale et physique alors que personnellement, je les considère comme un fardeau», explique-t-il.

Selon le jeune cadre adepte des détox digitales, l’hyperconnexion que le monde a connue après le télétravail a troublé la vie privée des employés, «car même après le retour au bureau, les collègues n’ont plus aucune limite, ils envoient des messages à des heures très tardives et confondent deux notions: temps libre de l’employé et sa disponibilité», fait-il remarquer. 

«Ils doivent se rappeler que n’importe quel individu a une vie à part le travail en dehors de ses horaires, profiter du temps libre loin du téléphone ne rime pas avec désengagement et être connecté non stop ne rime pas forcément avec travail acharné», ajoute-t-il.

«Le fait de désactiver les notifications après ses horaires de travail peut être perçu comme un désengagement alors qu’en vrai c’est mon droit. Avoir un smartphone ou un compte Whatsapp ne veut pas dire être disponible 24h/24 et 7j/7», insiste-t-il.

Et de conclure, «il est crucial de se mettre en mode avion plusieurs heures par jour, une détox digitale passe principalement par le choix des moments où l’on accepte d’être sollicité».